#02 - 58 % des marketeurs sont de gros nazes

#02 - 58 % des marketeurs sont de gros nazes

Au royaume de la perfide Albion, les marketers éprouvent des difficultés à engager leur audience avec du contenu innovant et créatif...

... Alors même que leurs budgets augmentent.

C'est en tout cas le résultat d'une étude effectuée par Turtl (une plateforme de création de contenus interactifs), et qui date de l'année dernière - lisez-là, c'est super intéressant.

Dans cette "petite" analyse, on y apprend notamment que plus de la moitié des spécialistes du marketing (56 %) déclarent que leur budget annuel consacré au content marketing a augmenté au cours des douze derniers mois :

Turtl-Marketing-budget-increase

Mais qu'en dépit de cette augmentation budgétaire, près de 55 % des responsables market' déclarent que leur principal obstacle est...

La difficulté à trouver des moyens novateurs et créatifs pour capter l'attention de l'audience.

Et si on va plus loin, seuls 42 % des mêmes interrogé·es considèrent que leur stratégie de content marketing est "très réussie"... ce qui signifie que 58 % d'entre elles et eux n'obtiennent pas de résultats satisfaisants.

Et ça, c'est quand même énorme.

Ça rejoint d'ailleurs l'étude de Newtn (2024 Content Trends), où l'on apprend que 51,4 % des entreprises interrogées souhaitent produire plus de contenu cette année (alors même que les budgets demeurent largement inchangés - j'en parle dans l'article "Aller-simple pour un burnout" de cette édition).

(dommage par contre que l'on n'ait aucune indication sur l'efficience des stratégies de contenus, comme chez Turtl. Ça aurait été très intéressant de mettre les statistiques en parallèle)

Toujours chez Turtl, on s'aperçoit que les marketers qualifiant leur stratégie de content marketing "réussie" sont plus susceptibles d'utiliser des datas & des stats que les autres (j'en cause également dans cette édition, "Mettez une tranche de data dans votre content marketing") :

Turtl-comparison-strategies-3

Est-ce à dire que mesurer l'impact de ses contenus est aussi important que les créer ? Ben voyons. On va éviter d'enfoncer à coups de guibole des portes ouvertes, hein.

Bon, quoi qu'il en soit, les tendances semblent partout les mêmes :

Les entreprises veulent produire davantage de contenu.

Mais ce que l'étude de Turtl nous montre surtout, c'est que ce n'est pas parce que l'on crée davantage de contenu que l'on va mieux réussir à capter l'attention de l'audience.

Un constat dont il serait sage de tirer quelque enseignement.

Allez, au menu du jour :

Quelles thématiques aimeriez-vous lire davantage ? ❤️‍🔥

+ de data ? + de stratégie de contenu ? + de techniques créatives ? Vous pouvez me faire un retour fissa en commentaire.


# Mettez une tranche de data dans votre content marketing

Dans les métiers de la conception / rédaction, on a tendance à prendre notre petit brief, à suivre les consignes et à délivrer le résultat au client avant de switcher sur une autre mission.

Mais est-ce qu'on ne pourrait pas faire mieux que ça ?

Est-ce qu'il ne serait pas plus logique, pertinent et important de suivre les performances de nos livrables ? De mesurer l'impact qu'ils ont pu avoir sur l'audience ?

On en discute dans cet article 👇

Mettez une tranche de data dans votre content marketing
Vendredi après-midi, 17 heures ; vous écrasez votre clope et poussez un heureux soupir en reparcourant viteuf les fruits de votre labeur : Ça y est, vous avez enfin torché la landing commandée par ce client relou, plus qu’à lui envoyer. Après ça, petite facture pour toucher vos 50% restants, et on

# Aller-simple pour un burnout

Parfois, on lit des trucs intéressants dans les études qui sortent dédiées au contenu.

Comme celle de Newtn par exemple : dans 2024 Content Trends, on peut ainsi apprendre que "51,4 % des entreprises interrogées souhaitent produire plus de contenu cette année, tout en maintenant un nombre de personnes en charge de la production, inchangé (44,8 %)".

Et tout ça sans augmenter leur budget outils ou ressources, bien évidemment.

Difficile d'imaginer la situation tenable sur le long terme ; alors, tous en burnout en 2024 ? À lire ici 👇

Aller-simple pour un burnout
Les métiers du contenu en burnout pour 2024 ? C’est en tout cas l’une des conclusions que l’on peut tirer de l’étude conduite par Newtn (2024 Content Trends, à télécharger ici, ou à voir en replay ici). La méthodo : 155 professionnels du marketing interrogés, provenant d’entreprises de diverses tailles, et de

# Le SEO est-il soluble dans la sobriété numérique ?

Le contenu SEO est-il compatible avec toute forme de sobriété ?

C'est la question que m'avait posée à l'époque Ève Demange, une content strategist avec qui j'ai eu la chance de collaborer sur plusieurs beaux projets ; elle en a tiré un article sous forme d'interview en 2019.

J'ai récemment relu l'article, et s'il y a bien deux ou trois trucs que je nuancerais / préciserais, je reste globalement assez d'accord avec mon p'tit moi d'il y a 5 ans : le SEO, c'est l'antithèse de la sobriété. À lire chez Ève ici 👇

Alexandre Leblanc : “je ne crois pas que l’on puisse concilier sobriété éditoriale et visibilité SEO.” - PlumeInteractive
pécialiste du SEO, Alexandre Leblanc a participé à la rédaction du chapitre “réaliser une analyse sémantique” du livre Stratégie de contenu e-commerce et e-tourisme. Je lui ai demandé s’il pensait que l’on pouvait concilier sobriété éditoriale et visibilité SEO. Voici ses réponses

# Le Strip


# La Revue Pressée

Au menu de cette semaine : une production de contenus vidéo qui explose, des photos de vendeuses sur Vinted détournées par des pervers, un licenciement qui a coûté 2,1 milliards de dollars, ou encore de la facilité pour des mineurs de tomber sur du contenu glorifiant les tueurs en série.

C'est à retrouver, et bien plus encore, dans cette seconde édition de la Revue Pressée 👇

La Revue Pressée #02
La Revue Pressée - votre condensé de news façon shot de tequila expédiée dare-dare dans le gosier. 🎥 La production de contenus vidéo décolle dans la stratosphère Pour la première fois depuis qu’Internet existe (ok, c’est p’têt un peu gros), la plupart des entreprises et des organismes de presse prévoient de

# La Question pas si con

Vous vous êtes déjà demandé de quelles langues est constitué le français ?

Ha, ça vous coupe le sifflet, hein ?

Ben de tout un tas !

Parmi les langues les plus prêteuses, on trouve bien évidemment l’anglais, qui, sur 4192 mots d’origine étrangère, représente tout de même 25 %...

... Quoique, cette situation est assez récente, car jusqu’au milieu du XXe siècle, c’était l’italien qui venait en tête, avec 16,6 %.

Après l’italien, ce sont les mots en provenance du germanique ancien qui sont les plus nombreux (13 %), surtout ceux de la langue des francs (logique).

Viennent ensuite plusieurs dialectes gallo-romains (11,5%), vestiges du gaulois.

Et puis il y a les langues arabe (5,1 %), celtiques (3,8 %), espagnole (3,7 %), néerlandaise (3,6 %), allemande (3,5 %), persane (2,6 %), amérindienne (2,4 %)...

Parmi les autres langues, et sans faire de nouvelle liste à la Prévert, citons les langues pré-indo-européennes, l’hébreu, le russe, l’hindi, le portugais, le turc, le wolof...

Bref, en tout, on en dénombre une bonne centaine.

Maintenant, vous saurez.


Merci d'avoir lu cette bafouille jusqu'au bout !

Si ça vous a plu, si z'avez des remarques à me faire, des compliments ou des injures à me balancer, n'hésitez pas à m'écrire, je ne mords pas (encore).