Poser ses couilles sur la table, ou rester un mouton - that is the question

Poser ses couilles sur la table, ou rester un mouton - that is the question

Quand une entreprise monte une strat' de contenus, elle se retrouve vite confrontée à cette question :

Dois-je rester relativement neutre dans mes prises de parole, ou assumer clairement mes différences - quitte à diviser ? Répondez-moi sivouplé, je suis paumée.

On se marre, on se gausse, mais n'empêche, l'interrogation n'est pas si anodine que ça.

Elle soulève même un dilemme fondamental dans la communication d'entreprise : faut-il privilégier la sécurité d'une approche consensuelle, ou oser l'authenticité au risque de polariser ?

Déjà, gros spoiler : la réponse n'est pas si évidente que ça et dépend largement de la culture de l'entreprise, de son public cible, et de ses objectifs stratégiques.

Reste que s'assumer, se positionner sans ambiguïté, c'est plutôt la caractéristique d'une marque ; à l'inverse, le propre d'une boîte, c'est de fédérer autour d'un projet commun.

C'est à ce stade de notre réflexion que ça se bretonne (oui, j'ai décidé de boycotter la Corse).

Dans un monde saturé d'informations, se démarquer devient une nécessité, non seulement pour être remarqué (merci captain Obvious), mais aussi pour créer une connexion réelle avec son audience - la fameuse authenticité que l'on bouffe à toutes les sauces. Une entreprise qui choisit d'adopter une approche que l'on pourrait qualifier de "neutre" risque de perdre son public au profit de marques avec une voix plus distincte, une voix plus audacieuse.

Bref, si on prend cette histoire de fédération un peu trop au pied de la lettre, on tombe caboche la première dans le piège de l'indifférenciation.

Ce piège, c'est le confort de l'anonymat, où on évite de prendre position pour ne froisser personne. Mais soyons réalistes : en 2024, cette approche édulcorée conduit à un manque crasse d'identité qui éloigne les consommateurs ; aujourd'hui, les gens recherchent des entreprises qui partagent leurs valeurs, qui parlent leur langue et comprennent leurs problèmes, et qui, surtout, ont quelque chose d'unique à leur dire.

Et ça vaut autant en BtoC qu'en BtoB.

Conséquence logique : beaucoup d'entreprises balancent par paquets de douze des discours génériques et uniformes qui les rendent aussi invisibles qu'insignifiantes.

Or, même si une entreprise n'a pas le statut de marque, elle a tout de même une histoire, une vision, une mission et des valeurs propres.

Ce sont ces éléments qui forment l'ADN d'une boîte. Les partager, c'est raconter une histoire, celle qui vous distingue et vous rend mémorable aux yeux de votre audience. C'est dans cette narration unique que résident l'engagement et la fidélité des clients.

Une entreprise a une personnalité qui mérite d'être exprimée à travers ses contenus (le truc que fait difficilement chatGPT encore, tiens).

Pas besoin d'en faire des caisses. Mais il faut oser la différence.

Sinon quoi, rien ne nous distingue des autres.

Sinon quoi, on se condamne à bêler avec le troupeau.